Mobilité

Bruxelles est de plus en plus congestionnée par le trafic automobile, qui entraine des nuisances et coûts considérables pour l’économie bruxelloise. La Région occupe l’avant dernière place dans le classement des capitales européennes, attrayantes pour les investisseurs, et ce principalement à cause de ses problèmes de mobilité. Par ailleurs, la congestion automobile dans la capitale ralentit les transports publics de surface de 25%.

De nombreuses entreprises à profit social sont des lieux de travail mais aussi des lieux de vie qui accueillent et hébergent de multiples bénéficiaires (MRS, centres d’hébergement pour jeunes en difficultés, porteuse d’un handicap, hôpitaux, etc.). D’autres entreprises offrent de leurs côtés des services à domicile (aide-ménagère, garderie et infirmière à domicile, …), ce qui implique une forte mobilité des travailleurs à chaque heure de la journée (travail de jours et nuit).

Cette réalité accentue d’autant plus les questions de mobilité régionale et d’accessibilité des infrastructures en transport en commun et mobilité douce.

A ce titre, BRUXEO soutient la mise en place de la politique « GOOD MOVE », un politique qui nous semble ambitieuse et concertée pour répondre à l’urgence des défis en défendant notamment une fiscalité plus intelligente, le support à des solutions innovantes et une plus grande multimodalité.

Finalement, BRUXEO demande d’améliorer la mobilité bruxelloise en considérant les points suivants:

BRUXEO demande aux pouvoirs publics de:

  1. Prendre en compte dans les programmes de mobilité (plan de stationnement, parkings, etc.) les spécificités du secteur à profit social (travail de nuit des infirmières, déplacement des enseignants, des formateurs sur chantier, etc.).
  2. Mettre en place des cartes de stationnement à tarif réduit pour les travailleurs n’habitant pas dans la commune de leur lieu de travail.
  3. Faciliter l’accès au domicile des usagers pour les travailleurs mobiles (cartes gratuites de stationnement, application de la tarification des prestataires de soins, et).
  4. Renforcer l’intervention des pouvoirs publics dans la prise en charge par l’employeur des coûts liés à l’utilisation des transports publics pour les trajets « domicile – lieu de travail », en s’inspirant notamment des contrats tiers payant existant actuellement à la SNCB pour des abonnements « City pass » dans les villes de Gand, Anvers, Liège et Charleroi. BRUXEO a à ce sujet rédigé une note plus détaillé que vous retrouvez en haut à droite de cette page dans "Nos publications".
  5. Assurer, dans toutes les communes bruxelloises, des transports en commun en nombre suffisant et qui offrent une réelle alternative à la voiture, assurant flexibilité, sécurité et rapidité, afin de rendre les emplois plus attractifs et les services à la population plus accessibles.
  6. Permettre aux véhicules professionnels des entreprises à profit social de disposer des dérogations identiques aux véhicules des entreprises commerciales dans le cadre de la mise en œuvre de la LEZ.
  7. Utiliser les lieux de concertation interfédérale afin d’analyser et de renforcer la mobilité vers et dans la Région de Bruxelles-Capitale.
Personne de contact
Kelly
Timperman
Active au sein de Bruxeo depuis janvier 2016, Kelly a d'abord commencé comme Energy Advisor pour le projet énergie et a ensuite repris une deuxième fonction en tant conseillère pour différents dossiers politique que Bruxeo suit: au CESRBC, IRISCARE, ...
02 210 53 09